MENU

Promutuel veut détenir 10 % du marché québécois

par Vicky Poitras | 21 février 2012 19h26

C’est au Congrès du Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec que Promutuel a recruté M. Dupont, a relaté Michel Desjardins, vice-président, assurance, du regroupement de mutuelles. « C’est quelqu’un de bien connu en assurance et un de mes collègues l’avait côtoyé. Nous avons eu des discussions lors d’un lunch et nous avons conclu une entente peu de temps après pour qu’il nous aide dans notre développement. »

En embauchant M. Dupont comme consultant sur une base exclusive, on pourrait croire que c’est par le courtage que Promutuel veut se développer. Le courtage fera bien partie de la stratégie de l’assureur, mais M. Desjardins précise que Promutuel misera d’abord sur la distribution directe avant tout.

« L’acquisition d’AXA par Intact a généré beaucoup d’effervescence dans le marché. On croit qu’on peut y jouer un rôle important et devenir un joueur d’impact. C’est pourquoi nous croyons que nous pouvons posséder plus de 10 % du marché au Québec. On veut continuer à développer notre réseau d’agents. Quant au courtage, on va y chercher un plus de 20 % de nos affaires. On veut intensifier cela un peu plus. On veut diversifier notre offre, mais l’agent demeure le modèle le plus important chez nous », dit M. Desjardins.

L’assureur compte regarder quelles opportunités se présentent à lui sur Internet, les médias sociaux et le Web 2.0. Promutuel regardera aussi un marché qui lui échappe, soit les deux grands centres urbains que sont Montréal et Québec. M. Desjardins souligne que dans certains marchés, Promutuel est l’assureur numéro un, avec plus de 25 % des parts de marché.

L’assurance aux entreprises est un autre segment que Promutuel veut développer. En septembre, l’assureur a développé une offre pour cinq créneaux bien précis : les plâtriers, les comptables, les pharmacies et les stations-services. « Nous avons bonifié notre contrat de base pour nous adapter à ces cinq créneaux, dit M. Desjardins.

Le courtage sera mis à contribution en assurance agricole. Promutuel est le leader de ce marché au Québec. M. Desjardins estime posséder entre 40 % et 50 % de celui-ci. Il souligne aussi que les courtiers en détiennent 75 %. Or, moins de 10 % du chiffre d’affaires de Promutuel en assurance agricole provient du courtage. L’assureur y voit donc une opportunité de croissance.

Pour faciliter la tâche au courtage, Promutuel entend uniformiser ses processus. L’assureur compte 27 mutuelles, plus celle du siège social, qui fonctionnent toutes selon des règles différentes en actuariat, en technologie et en développement de produits.

« Si on veut développer le courtage, il faut le faire, car les courtiers ne veulent pas fonctionner de 28 façons différentes. On y travaille depuis trois ans et on doit revoir beaucoup de fonctionnalités, dont notamment nos liens avec les courtiers par l’entremise du logiciel de comparaison des primes Compu-Quote », dit M. Desjardins.

Ce dernier dit ne pas avoir de cible de croissance précise pour le courtage. Il ne cache toutefois pas que M. Dupont avait certaines cibles en tête. Ce dernier les a d’ailleurs dévoilées à FlashFinance.ca, une publication sœur du Journal de l’assurance. M. Dupont dit vouloir faire de Promutuel l’une des compagnies les plus appréciées des courtiers et des agents. Il veut d’ailleurs que le Groupe fasse affaire avec plus de courtiers.

« À l’heure actuelle, le volume de primes issu du courtage représente 90 M$. Notre objectif est de le porter à 150 M$ au cours des trois prochaines années », mentionne M. Dupont. Ce dernier a d’ailleurs pour responsabilité de sélectionner les courtiers qui souhaiteront travailler avec le Groupe. « Ils seront choisis en fonction de leur réputation, de leur taux de sinistre, mais aussi de leurs affinités avec la philosophie de Promutuel », a-t-il continué. À la question de savoir comment ces courtiers seront rémunérés, M. Dupont a répondu que les commissions seraient comparables à celles de l’industrie.

Autres objectifs : M. Dupont veut aussi amener une vingtaine de nouveaux cabinets chez Promutuel. De plus, il entend améliorer les systèmes en assurance aux entreprises. Il veut développer de nouveaux programmes faciles à appliquer en assurance pour les particuliers. « Je veux que le Groupe Promutuel soit de plus en plus indispensable. Nous nous lançons dans une course pour devenir meilleurs. Meilleurs en technologie, en marketing, en produits et en services », dit-il.

Publicité