MENU

Maximiser l’utilisation de son back-office: une clé pour certains agents généraux

par Alain Thériault | 02 juin 2017 07h00

Magasiner un nouveau système d’arrière-guichet est une chose. Mais bien s’en servir fait toute la différence, ont confié des agents généraux au Journal de l’assurance.

Un des premiers clients de Solutions Ageman, MICA Services financiers a opté pour cette solution dès les années 1990. PDG de l’agent général de Québec, Gino Savard n’a pas l’intention de changer.

« Nous avons contribué de façon importante à la structure et l’offre d’Ageman, selon nos besoins. Le système a bien évolué. Dès le début des années 1990, nous voulions pouvoir suivre nos nouvelles affaires et générer automatiquement les commissions », a expliqué M. Savard.

Il précise que le système a ensuite évolué vers l’appel automatique des services paramédicaux. « À l’heure actuelle, le système est autant dédié à la comptabilité des commissions qu’au suivi des affaires ». Or, administrer les commissions est complexe : lorsqu’une vente se conclut, l’assureur verse une commission et des bonis directement au conseiller, alors que l’agent général touche l’écart (souvent appelé override dans le jargon de l’industrie), et peut lui aussi verser un boni au conseiller. « Lorsque nous saisissons un dossier dans le système, nous savons au cent près ce que gagne le conseiller et ce que nous gagnons. Nous n’avons pas à consolider nous-mêmes l’information de tous les assureurs », a expliqué M. Savard.

Il dit être un de ceux qui maximisent le plus ce logiciel, signalant que certains « n’embarquent qu’à moitié », et d’autres pas, notamment les consolidateurs.

Daniel Brisson, fondateur et consultant principal, de Solutions Ageman, a confirmé compter MICA parmi ses clients qui maximisent le plus ses solutions informatiques. « MICA est notre back-office numéro un au Canada. Il est notre client le plus performant. Il utilise toutes les solutions d’Ageman », a-t-il ajouté.

Utilisateur de WealthServ, de Bluesun, Jim Virtue, PDG de PPI Solutions, insiste aussi sur l’importance de maximiser son usage. « Les couts d’un système d’arrière-guichet sont importants, mais il est une pièce maîtresse de nos activités quotidiennes. Si nous utilisons son plein potentiel, nous pouvons récupérer une partie des couts grâce aux économies qu’il nous permet de réaliser. »

Publicité