MENU

Souscription électronique : les assureurs soupèsent leurs options

par Alain Thériault | 08 juillet 2016 07h00

En matière de souscription électronique, les assureurs vie n’en sont pas tous au même niveau. Ils évaluent toutefois activement quel y sera leur positionnement.

iA Groupe financier n’a pas encore décidé s’il emboiterait le pas à iA Excellence en matière de souscription électronique. Son PDG Yvon Charest a toutefois souligné que la technologie devient incontournable en matière de distribution. « La technologie changera les rapports entre les conseillers et la compagnie d’assurance. C’est inévitable, a-t-il dit au Journal de l’assurance, en marge de son assemblée annuelle, tenue à Québec le 5 mai. Nous voulons aider nos réseaux de distribution à utiliser la technologie comme outil de prospection et de vente. »

Au moment de fermer la présente édition, Manuvie annonçait sur son site réservé aux conseillers l’intention de lancer une nouvelle proposition d’assurance en ligne « qui simplifie le processus de soumission ». Elle remplacera éventuellement la proposition éclair (p-éclair), qui permettait de soumettre en ligne des demandes d’assurance temporaire (Famille et Entreprise) et de maladies graves (Chèque-Vie). La proposition électronique continuera d’être utilisée pour les demandes d’assurance Temporaire Manuvie à émission rapide.

Les conseillers pourront soumettre une proposition électronique abrégée ou intégrale. L’assureur n’exigera plus un entretien téléphonique distinct pour la version intégrale. Les propositions en cours seront enregistrées et leur accès partagé de façon sécuritaire. Les clients pourront signer en ligne, en personne ou par courriel.

À ce propos, Guy Couture, vice-président régional, ventes d’assurances individuelles, dit que le développement de cette proposition est en cours, et que l’assureur ne fait que commencer à en parler à l’interne. « Éventuellement, nous remplacerons la p-éclair, une proposition électronique à remplir sur ordinateur et à transmettre, par une proposition complètement en ligne », a-t-il ajouté. Il n’a pas voulu donner plus de détails, mais prévoit faire des annonces ultérieurement.

« Toutes ces démarches s’inscrivent dans notre projet de moderniser nos processus de nouvelles affaires pour être en mesure d’émettre nos polices plus rapidement, dit M. Couture. Actuellement, nous procédons à la tarification des polices dans une moyenne de 35 jours. Nous voulons abaisser ce seuil en 2016. » Il mentionne que l’abandon des analyses biométriques a permis de réduire cette moyenne à deux semaines pour les assurés concernés.

Lancée il y a un an, la Temporaire à émission rapide transigée sur une plateforme en ligne permet d’émettre la police « en dedans de 48 heures », souligne M. Couture. « De plus, le conseiller n’a pas à livrer la police. Elle est expédiée directement au client, qui a eu l’occasion de signer la proposition en ligne de façon électronique », a-t-il précisé.

La modernisation inclut les initiatives sur les analyses biométriques et le VIH. « Le projet Vitality s’inscrit aussi dans ce projet », ajoute M. Couture. Manuvie a l’intention de livrer une solution en ce sens cet automne.

Autres nouveautés

De plus petits assureurs ont fait un créneau de la proposition électronique. Assomption Vie l’utilise depuis plusieurs années pour rendre des produits épurés accessibles aux conseillers indépendants.

En avril, la mutuelle du Nouveau-Brunswick a implanté la signature électronique sur son système Lia. Il a ainsi rendu la signature électronique disponible sur les tablettes, les téléphones intelligents et les ordinateurs. « Ainsi, le processus de vente est sans papier pour tous les produits d’assurance vie et maladies graves – jusqu’à 4 millions de dollars en couverture. Il n’y a ni signature ni reçu de livraison », a annoncé la compagnie.

Empire Vie offre la proposition en ligne Rapide & Complet depuis 2013 et en a lancé une nouvelle version en 2015. En mai 2016, l’assureur y a ajouté le mode de paiement PayPal, un mode de paiement en ligne par débit.

Foresters a lancé une proposition électronique en 2015. Distributeur de produits maisons assurés par Foresters, Plan de protection du Canada a connu du succès avec un nouveau produit qui élargissait sa gamme de produits sans examens médicaux Assurance vie simplifiée préférentielle, et le dotait de cette proposition, alors en anglais seulement. Deux mois après le lancement de mars 2015, les ventes avaient augmenté de 43 %. Le délai d’émission a alors temporairement ralenti, le temps d’absorber la nouvelle demande.

Michael Aziz, vice-président des ventes du cabinet, a révélé que les ventes de produits à émission simplifiée représentent désormais 40 % de ses ventes au Québec. Contacté dans le cadre du présent article, il a dévoilé que Plan de protection du Canada donne accès à ses conseillers à une nouvelle proposition électronique le 30 mai, en anglais et en français. Le lancement officiel doit avoir lieu à la fin du mois de juin.

« Tous nos produits seront disponibles : permanents et temporaires, a précisé M. Aziz. La nouvelle proposition acceptera la signature électronique. » Le conseiller peut utiliser la proposition sur ordinateur, tablette, et plusieurs modèles de téléphone intelligent, en présence du client ou pour une vente à distance, a-t-il ajouté.

La proposition évolue au fur et à mesure des réponses aux questions de santé. Des suggestions sont faites selon les étapes de sélection franchies. Le conseiller se voit suggérer d’offrir à son client des produits dont les exigences de santé sont plus élevées, si l’état de santé le justifie.

La proposition anglaise de 2015 était gérée par un tiers. La proposition lancée en mai dans les deux langues est entièrement sous la coupe de Plan de Protection du Canada, a confié au Journal de l’assurance Diana De Resendes, sa représentante aux ventes internes pour le Québec, l’île du Prince-Édouard, le Nouveau-Brunswick et Ottawa.

« L’un des avantages de cette nouvelle proposition est que nous acceptons une signature électronique. Le conseiller sera en mesure d’utiliser cette application, sur un iPad, une tablette, ou un téléphone intelligent, même pour une vente à distance », a précisé Mme De Resendes.

Publicité