MENU

Les catastrophes marquantes de 2019

par Frédérique De Simone | 18 décembre 2019 15h00

L’année 2019 semble avoir dressé la table pour 2020, année où l’impact des changements climatiques et des catastrophes naturelles sera grandement mis de l’avant. De nombreux assureurs ont créé des mesures dans le but d’adapter leur couverture et leur résilience. Les gouvernements québécois et canadien ont eux aussi adapté certaines mesures, parfois controversées, pour limiter les impacts et protéger la population.

Le montant total des indemnisations liées aux catastrophes naturelles et aux évènements météorologiques a atteint 292 millions de dollars (M$) aux assureurs québécois, et ce, seulement au cours du premier trimestre. Il s’agit d’une hausse de 165 % par rapport au premier semestre de 2018, révèle le Bureau d’assurance du Canada (BAC).

Tempêtes et tempêtes hivernales

Une tempête hivernale a touché l’Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse du 14 au 16 mars et a couté près de 124 millions de dollars (M$) en dommages assurés, selon la firme CatIQ sous le mandat du BAC. Les tempêtes qui l’ont précédée avaient à deux couté 87 M$ en dommages, toujours selon CatIQ.

Les pluies diluviennes et le vent qui ont frappé l’est du Canada du 31 octobre au 2 novembre ont causé des dommages de plus de 250 M$, selon une estimation de CatIQ. Parmi les six provinces touchées, le Québec a subi le plus de dommages assurés, pour un total de 189 M$. En Ontario, les dommages se sont élevés à 55 M$, au Nouveau-Brunswick ils ont été de 3 M$, en Nouvelle-Écosse c’est 2 M$, puis 150 000 $ à l’Île-du-Prince-Édouard et 480 000 $ à Terre-Neuve-et-Labrador.

L’hiver canadien a couté près de 90 M$ aux assureurs

Tempête hivernale : 124 M$ de dommages assurés en trois jours

Catastrophes naturelles : le premier semestre de 2019 a couté cher aux assureurs

La tempête de l’Halloween a causé des centaines de millions de dommages

Inondations

Après un début d’année marqué par quelques bordées de neige importantes s’en sont suivi des inondations monstres provoquant, dans certains cas, l’état d’urgence. Au Québec 9 800 résidences ont été touchées. Les dommages assurés se sont élevés à plus de 127 M$. Or, il ne s’agit que d’une petite partie des dommages économiques totaux, car la protection contre les inondations n’est généralement pas offerte aux résidences situées dans les zones à moyen et haut risque d’inondation.

Les provinces de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick ont respectivement subi des dommages assurés de 74 M$ et de 6 M$. Au total, c’est plus de 208 M$ en dommages assurables pour le Canada, selon les données colligées par la firme CatIQ pour le compte du Bureau d’assurance du Canada (BAC). La gestion des inondations est critiquée, les experts en sinistre sont au bout du rouleau et les assureurs donnent généreusement à la Croix-Rouge canadienne.

Ailleurs sur la planète, les pertes économiques globales des inondations pour le mois de mars uniquement ont atteint 8 milliards de dollars américains (G$ US), estime Aon. Presque tous les continents ont subi des inondations au cours de ce mois, à l’exception de l’Europe, qui a été inondée à l’automne.

Inondations : le monde subit les foudres des changements climatiques

Le BAC réagit au nouveau programme d’indemnisation

La gestion des inondations critiquée par un expert réputé

Inondations : les restaurateurs après-sinistre sont au bout du rouleau

Inondations : l’avenant nécessaire au remboursement des frais de subsistance

Météo violente : les États-Unis se font refiler la même facture que le Québec

Inondations : le gouvernement investit dans la recherche

Québec impose un moratoire sur la construction en zone inondable ; Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Les inondations printanières ont causé 127 M$ en dommages assurés au Québec

Tornades, ouragans et cyclones

Selon les estimations de plusieurs réassureurs et de la firme de notation AM Best, les typhons Faxai et Hagibis, survenus à quelques semaines d’intervalle au Japon, seraient ensemble les évènements météorologiques les plus couteux de l’année 2019, dépassant les 10 G$ US en dommages. Dorian est, pour sa part, la 3e catastrophe ayant le plus affecté la rentabilité des réassureurs. Les pertes causées à l’industrie par sa faute devraient être entre 6 et 9 G$ US, selon AM Best.

Gatineau et les environs ont encore une fois été touchés par une tornade et, pour la quatrième fois de l’histoire du Canada, une tornade a été observée au nord du 60e parallèle, à Fort Smith, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Une centaine de tornades : un milliard de dollars de dommages

Un mois de mai difficile pour les assureurs

Dorian : plus de 100 M$ de dommages au Canada

L’ouragan Dorian bat un record de 1935

Catastrophes : un mois d’octobre mouvementé

Feux de forêt

Plus de 502 incendies ont été déclarés en Alberta au mois de mai, selon Aon. Plus de 10 000 personnes ont été évacuées. Au même moment, les vents violents et les températures sèches ont fait craindre le pire aux pompiers californiens, alors que les beaux quartiers de Los Angeles sont évacués par précautions. Les dommages sont importants, mais moins que ceux des deux dernières années.

Au total, la firme Copernicus estime que 6 375 mégatonnes de CO2 ont été émises par les feux qui ont brulé autour du globe. Ce chiffre représente une légère remontée par rapport à 2018 (un peu moins de 6 000 mégatonnes). Les incendies qui ont ravagé une partie de l’Amazonie brésilienne, parfois allumés par les fermiers locaux, ont causé les émissions les plus importantes depuis 2010, même si leur étendue n’est que légèrement au-dessus de la moyenne du pays.

En Sibérie et dans le cercle arctique, les feux ont atteint un niveau sans précédent en termes de localisation, d’échelle et de durée, causant en juin un « nuage de fumée et de suie plus grand que l’Union européenne », mentionne Aon dans son bilan 2019.

Vers la fin de l’année, c’est l’Australie qui a été assaillie par les feux de forêt, qui détruisent une grande partie de l’habitat naturel des koalas dans l’Est du pays. Plus de 560 maisons, 36 installations publiques et 1 100 autres bâtiments ont été détruits. La grande partie des dommages sont assurés.

Feu de végétation : Munich Re cartographie le risque et le cout des dommages

Incendies en Californie : la nouvelle norme

Catastrophes naturelles : novembre a été le théâtre d’un cocktail météo

Publicité
Sur le même sujet …