MENU

Desjardins : l’assurance de dommages dépasse l’assurance de personnes

par Aurélia Morvan | 25 février 2021 10h57

Photo: Jean-Philippe Bourgoin

Alors que l’assurance de dommages a battu des records chez le Mouvement Desjardins en 2020, l’institution financière accuse un recul de son résultat consolidé annuel.

Elle déclare en effet un excédent avant ristournes aux membres de 2,4 milliards de dollars (G$) en 2020, contre 2,6 G$ en 2019. Ce résultat est en baisse de 6,9 % ou 179 millions de dollars (M$).

Pour le quatrième trimestre de 2020 uniquement, Desjardins affiche des excédents nets de 876 M$, contre 935 M$ au quatrième trimestre de 2019, en baisse de 6,3 % ou 59 M$.

« Le Mouvement Desjardins a connu une solide performance financière pour l’exercice 2020 malgré les incidences négatives liées à la pandémie » de la COVID-19, a dit son président et chef de la direction Guy Cormier.

Dans le détail, on note que ce résultat consolidé a été touché par un recul du principal secteur ainsi que du secteur gestion de patrimoine et assurance de personnes. À l’inverse, il a été poussé par les résultats déclarés dans le secteur assurance de dommages.

L’assurance de dommages explose

Pour ce dernier, Desjardins déclare un excédent net de 622 M$ en 2020, contre 187 M$ en 2019. Cette hausse de 232,6 % ou 435 M$ « s’explique par la hausse des primes nettes ainsi que par la sinistralité moins importante pour l’exercice en cours en assurance automobile, notamment en raison des changements dans les habitudes de conduites attribuables à la pandémie de COVID-19 », dit Desjardins. « De plus, les conditions météorologiques plus favorables ont contribué à la baisse de la sinistralité. »

Desjardins souligne qu’elle a accordé 155 M$ de remises de primes en assurance automobile à plus de 2,1 millions d’assurés, en 2020. Elle avait été l’une des premières institutions financières à mettre en place des mesures d’allègement pour atténuer les effets de la pandémie de la COVID-19.

Pour le quatrième trimestre de 2020 uniquement, l’excédent net du secteur assurance de dommages s’établit à 378 M$, contre 111 M$ au quatrième trimestre de 2019. Cette hausse de 249,5 % ou 267 M$ s’explique « en grande partie » par la sinistralité moins importante et la hausse des primes nettes.

Ces résultats trimestriel et annuel sont les meilleurs jamais déclarés dans ce secteur. Par ailleurs, c’est la première fois depuis 2012, au moins, que l’excédent net en assurance de dommages dépasse l’excédent net en gestion de patrimoine et assurance de personnes.

Recul en gestion de patrimoine et assurance de personnes

En effet, pour son secteur gestion de patrimoine et assurance de personnes, Desjardins déclare un excédent net de 609 M$ en 2020, contre 697 M$ en 2019. Cette baisse de 12,6 % ou 88 M$ « s’explique par la hausse des coûts liés à l’assurance voyage de 43 M$ ainsi que le niveau de frais plus élevé qu’en 2019, notamment ceux d’administration afin de bonifier les services aux membres des caisses et clients », dit Desjardins.

La baisse s’explique aussi par « l’incidence des marchés affectant défavorablement les fonds de placement garanti ».

Ces éléments ont toutefois été contrebalancés par « les gains sur disposition de titres et de placements immobiliers supérieurs à 2019 ».

Pour le quatrième trimestre de 2020 uniquement, l’excédent net s’établit à 249 M$, contre 285 M$ au quatrième trimestre de 2019. Cette baisse de 12,6 % ou 36 M$.

Le secteur principal recule aussi

Même constat du côté des deux autres secteurs de Desjardins : l’un a fait mieux, l’autre a fait moins bien :

Pour son principal secteur, celui des particuliers et entreprises, Desjardins déclare un excédent de 1,3 G$ en 2020. Il est en baisse de 31,3 % ou 599 M$ par rapport à 2019, lorsqu’il était de 1,9 G$. Le résultat annuel de ce secteur n’avait pas reculé depuis 2013 : il avait alors atteint 809 M$, contre 811 M$ en 2012.

« Cette diminution s’explique par les incidences financières de la pandémie de COVID-19 », dit Desjardins. « En effet, celle-ci amène une hausse de la dotation à la provision pour pertes de crédit de 499 M$ attribuable principalement à la détérioration importante des perspectives économiques et aux répercussions anticipées sur la qualité du crédit ainsi que la baisse des volumes d’affaires des activités de paiement et de financement de Services de cartes Desjardins », explique l’institution. Cette baisse est aussi liée à l’augmentation des investissements notamment en matière de transformation numérique et de sécurité. « En contrepartie, la bonne performance du réseau des caisses ainsi que celle de Valeurs mobilières Desjardins inc. ont contribué à atténuer la baisse des excédents. »

Enfin, le secteur « autres » accuse quant à lui un déficit net de 126 M$ en 2020, quand il affichait un déficit net de 199 M$ en 2019, une amélioration de 73 M$.

Hausse des revenus d’exploitation

Les revenus d’exploitation totaux de Desjardins sont en hausse de 3 % en 2020.

S’ils sont en baisse de 4,6 % pour le secteur particuliers et entreprises, ils sont en hausse de 0,9 % pour le secteur gestion de patrimoine et assurance de personnes et de 10,5 % pour le secteur assurance de dommages. Ces hausses s'expliquent notamment par la progression des primes nettes.

L’assurance de dommages pousse les primes

Les primes nettes totales de Desjardins se sont établies à 9,9 G$ en 2020, contre 9,4 G$ en 2019, en hausse de 5,4 % ou 508 M$. Elles ont principalement été poussées par l’assurance de dommages.

En effet, les primes nettes de ce secteur se chiffrent à 5,5 G$. En hausse de 9,9 % ou 496 M$, elles dépassent pour la première fois la barre des 5 G$. Cette hausse est « notamment en lien avec la fin de la cession des primes dans le cadre du traité de réassurance signé à l’acquisition des activités canadiennes de State Farm », dit Desjardins. Elle a toutefois été contrebalancée par les remises de primes en assurance automobile.

Au quatrième trimestre de 2020 uniquement, les primes nettes de l’assurance de dommages ont augmenté de 11,7 % ou 153 M$, pour atteindre 1,5 G$.

Tout comme en 2019, les primes nettes du secteur assurance de dommages ont dépassé les primes nettes du secteur gestion de patrimoine et assurance de personnes.

En effet, les primes nettes d’assurance et de rentes se chiffrent à 4,7 G$ en 2020. Elles sont en hausse de 0,5 % ou 22 M$ par rapport à 2019.

Pour le quatrième trimestre de 2020 uniquement, elles ont baissé de 4 % ou 52 M$, pour atteindre 1,2 G$.

Revisitez les résultats de Desjardins en 2020 :

Les compagnies d’assurance Economical, Co-operators, Intact, iA, Manuvie, Sun Life et Great-West Lifeco ont également dévoilé leurs résultats financiers pour le quatrième trimestre et l’année 2020.

Publicité
Sur le même sujet …